Etudier la compréhension en CE2

Nota Bene : Cet article concerne les CE2 car c’est le niveau avec lequel je travaille la compréhension cette année, mais il est tout à fait adaptable avec les CE1, CM1 et CM2.

Cette année donc, comme l’année dernière, j’ai la chance d’être maîtresse supplémentaire dans le dispositif PDMQDC. Parmi les différents domaines que je dois travailler avec les élèves, figure la compréhension de lecture.
Voici comment je la travaille cette année, en complément de mes collègues chez qui j’interviens :

Nous commençons l’année avec deux séances préparatoires que je prends dans le dossier « Je lis je comprends CE2« , réalisé par l’Académie d’Orléans-Tour (vous en avez déjà sûrement entendu parler ^^). L’intérêt de commencer par ces deux séances est d’aborder de manière très explicite la compréhension avec les élèves : Qu’est-ce ça veut dire « comprendre un texte » ? Comment peut-on répondre à des questions de compréhension ? Quelles sont les différentes stratégies ? Ces séances permettent également de voir qu’il existe plusieurs manières de trouver des réponses dans un texte : parfois elles sont écrites directement, parfois il va falloir chercher des indices, et parfois il faudra faire appel à nos connaissances extérieures.

Ces séances préparatoires sont donc une bonne entrée en matière pour tout le travail qui va en découler sur l’année. Et je crois que la chose la plus intéressante à faire comprendre aux élèves, c’est que la réponse est toujours quelque part. S’ils ne l’ont pas trouvée dans le texte, c’est qu’ils n’ont pas suffisamment creusé. Et notre travail cette année, ça va justement être d’apprendre à creuser :)

Voici les documents que je mets à disposition concernant cette première étape :


– Les séances préparatoires à vidéo-projeter (textes + questions collectives)
– Les documents élèves (textes et questions).

Nous enchaînons ensuite avec 4 évaluations diagnostiques, provenant toujours du dossier « Je lis je comprends ». Elles seront réalisées également en fin d’année, afin de mesurer la progression des élèves entre septembre et juin.

Ces évaluations me permettent tout d’abord d’évaluer le niveau de départ des élèves avec qui je vais travailler toute l’année. Comme les séquences d’apprentissage seront faites avec des groupes de niveau, je vais pouvoir répartir les élèves dans ces différents groupes, selon les résultats aux évals. Enfin, ces résultats vont également me permettre de voir sur quel(s) point(s) en particulier je vais devoir appuyer ou au contraire, passer plus rapidement.

Voici les différents documents disponibles :

– les évaluations (initiales et finales) remises en page pour économiser les photocopies.
– le tableur excel pour rentrer les résultats.

Nous arrivons enfin au cœur du travail ! Pour cette année, nous avons décidé avec mes collègues de vraiment mettre l’accent sur ce domaine (qui est finalement transversal à tous les autres), en lui dédiant deux séances d’une heure / une heure trente chacune par semaine. De plus, nous prenons en charge tous les CE2 de l’école, ce qui fait une classe à 33 élèves. J’avais donc besoin d’un support qui puisse s’adapter à ces conditions particulières, et c’est ainsi que je me suis penchée sur le nouvel ouvrage de Retz « Différencier pour aider l’élève à lire et à comprendre les textes« .

Pourquoi ce choix ? Comme nous sommes 33, c’est impensable de faire du collectif pendant une heure et demie. De plus, les niveaux étant très hétérogènes, un seul et même support pour tous ne me semblait pas pertinent. Ce livre m’a donc paru intéressant car il propose, à partir d’un même texte, pas moins de quatre questionnaires différenciés, dont un spécialement créé pour les non-lecteurs [ce qui est particulièrement appréciable dans ma commune où nous avons un grand nombre de primo-arrivants !].

Voici comment nous nous organisons pour l’étude de chaque texte :

  • En préambule, les élèves reçoivent le texte le vendredi soir, à lire pour la séance du mardi matin. Le travail est simple : lire seul ou avec ses parents, et surligner tous les mots / groupes de mots incompris. Cette préparation servira au début de la séance 1.
  • La séance 1 du mardi matin, de 10h30 à 12h00. Elle est divisée en deux temps : tout d’abord, un premier temps d’explicitation collective. Tous les élèves sont réunis, une enseignante surligne sur le tableau tous les mots qui n’ont pas été compris par les élèves lors de leur première lecture et l’autre enseignante écrit les définitions ou des synonymes sous les termes surlignés. On en profite ensuite pour relire le texte ensemble et faire disparaître les dernières incompréhensions. Place au deuxième temps : Tous les élèves sont divisés en 4 groupes. Ces groupes ont été réalisés au départ grâce aux résultats des évaluations diagnostiques, puis ils évolueront tout au long de l’année. Ce sont les suivants :

Au niveau de l’organisation de la classe, voici comment ça se passe : les groupes A, B et D restent dans la même salle. Le groupe D est autour d’une grande table et travaille avec la première enseignante. Les groupes A et B travaillent seuls à leur table et peuvent demander de l’aide quand ils en ont besoin. La deuxième enseignante (moi, en l’occurrence) prend le groupe C et va dans une autre salle : comme ce groupe va avoir besoin de beaucoup d’explicitation orale, il faut pouvoir être à l’écart pour ne pas déranger les autres :) Le gros avantage de cette méthode est donc qu’elle a déjà de prêt les 4 questionnaires différenciés. Grâce à ça, les élèves travaillent tous sur le même texte et surtout les mêmes compétences, mais chacun à son niveau. Et c’est vraiment super, pour les placer en réussite et leur donner confiance dans une matière qui est souvent synonyme de frustration et d’abandon (« mais j’y comprends riieeeeen »).

  • Vient ensuite la séance 2, le jeudi mardi de 10h30 à 12h00. Lors de la première partie de la séance, les élèves sont de nouveau tous réunis dans la même classe. Nous allons faire une mise en commun collective grâce à un questionnaire vidéo-projeté reprenant ce qui a été demandé dans l’ensemble des questionnaires A, B et C. Tous les élèves sont donc invités à y répondre oralement, et ce qui est génial, c’est que les élèves du groupe C participent autant que les autres, et que leurs réponses sont souvent très pertinentes ! Cette étape est également l’occasion de faire naître des débats autour du texte, en allant plus loin dans la réflexion. Vient ensuite le deuxième temps : tous les élèves sont de nouveau divisés en 4 groupes (les mêmes que ceux de la séance 1). Les groupes A, B et C tourneront sur 3 ateliers, pendant que le groupe D aura un travail différencié à réaliser en autonomie. Ces trois ateliers sont les suivants :

Voilà pour le pavé ! Je vous mets en lien un exemple de séance, avec néanmoins un filigrane sur les documents provenant de la méthode, car je n’en suis pas l’auteur :)

J’espère que ce looooong article vous aura permis d’y voir un peu plus clair dans l’enseignement de la compréhension, un gros chantier vraiment pas évident à prendre en main. Comme je l’ai indiqué en préambule, mon fonctionnement est pour l’instant lié au niveau CE2, mais je pense qu’il est facilement adaptable pour tous les autres niveaux (à part CP) et même si vous ne bénéficiez pas d’un enseignant supplémentaire.